Panasonic GX7 : not a review

, par  ramal

Panasonic GX7

Après avoir eu les GF1 et GX1, je suis passé au GX7 (version argentée), car panasonic n’a pas lésiné sur les évolutions. Principalement :

  • viseur intégré orientable,
  • capteur stabilisé (sauf en mode vidéo),
  • focus peaking (surbrillance des zones nettes en mise au point manuelle),
  • obturateur électronique très très discret, avec certaines contraintes :
    • rolling shutter
    • pas de possibilité d’utiliser un flash
    • limité à 3200 iso
  • écran orientable (vers le haut ou le bas),
  • molette avant en plus de la molette arrière (toujours cliquable).
  • wifi permettant entre autre de piloter le GX7 depuis son smartphone (android et il me semble ios avec Panasonic Image App).

Voici quelques notes en tant qu’utilisateur.

Le viseur dispose d’un réglage dioptrique qui permet aux porteurs de lunettes de viser sans lunettes. Penser à le régler, si le viseur est flou après une mise au point automatique.

Bien centrer l’oeil dans le viseur pour ne pas voir un coté flou ou des superpositions de couleurs.

La molette arrière est cliquable. En visualisation d’une image, on peut cliquer et utiliser l’autre molette pour passer à la photo précédente ou suivante en conservant le cadrage zoomé.

Le sabot du flash est "compatible" avec mon flash Nikon SB800 en mode Automatique à computer ou Manuel (réglage sur le flash), avec synchro au flash jusqu’à 1/250e ou 1/320e.

Le flash intégré est orientable vers un plafond blanc (le maintenir avec un index) pour obtenir un meilleur éclairage. Avec un objectif peu lumineux, la bonne montée en sensibilité du GX7 fait que ça reste utilisable.

Le flash intégré du GX7 peut être commuté en TTL ou manuel. En manuel avec puissance 1/128e, c’est pratique pour déclencher le SB800 à distance en mode SU4.

On peut prendre une photo par pression sur l’écran tactile (fonction désactivable). On pose le doigt sur l’écran, le GX7 fait la mise au point à l’endroit indiqué et déclenche dans la foulée. Rapide et efficace.

On peut décaler la zone de mise au point à l’aide de l’écran tactile. Ce mode est très pratique mais heureusement désactivable car il arrive que la zone AF change involontairement par exemple en visée verticale si le nez touche l’écran tactile. Ce mode est à activer dans le menu Régl. Touche (page 8/8) / Pavé tactile AF / Offset.

Le focus peaking associé à la stabilisation du capteur font que l’utilisation d’objectifs anciens donne un bien meilleur taux de réussite (ex : Micro Nikkor 55mm, Nikkor 105mm F2.5).

Le viseur et l’écran sont au format 3/2, mais le capteur est au format 4/3. Panasonic aurait pu en profiter pour placer des informations dans la zone noire sur le coté. (Il y a juste le point vert de confirmation de mise au point.)

La molette des modes est bien crantée et ne risque pas de tourner toute seule, mais du coup il vaut mieux utiliser deux doigts pour la tourner.

La sensibilité de base est 200 iso, mais on peut l’étendre à 125 iso (à activer via paramètre de menu).

Le mode P autorise le décalage du programme (program shift) à l’aide de la molette avant (attention, non disponible en mode iISO). Pratique pour éviter de se trouver dans la zone de vitesse génératrice de flou de ’shutter shock’.

On dispose aussi du mode bracketing, d’un intervalomètre, d’un mode animation image par image, d’un mode pour la réalisation de panoramiques.

Les vidéos en Full HD du GX7 (comme souvent chez Panasonic) sont vraiment de bonne qualité (prévoir un objectif stabilisé OIS ou un monopode).

Quand choisir obturateur électronique ou mécanique ?

  • Obturateur électronique
    • Avantages
      • Discrétion : totalement silencieux
      • Pas de vibration pour une efficacité maximale de la stabilisation (capteur ou objectif)
    • Inconvénients
      • Pas de déclenchement de flash possible (même externe)
      • Banding sous éclairage fluorescent
      • Effet de rolling shutter sur les sujets en déplacement
  • Obturateur mécanique
    • Inconvénients
      • léger flou de bougé avec certains objectifs stabilisés dans la plage de vitesses 1/80e à 1/250e
      • Pas discret

Astuces :
- Configurer ’Informations du menu’ sur NON pour voir le nom du menu indiqué dans le mode d’emploi (Enr. / Image animée / Personnel / Config. / Lect.)

Inconvénients :
- affichage des RAW moins net que les JPEG. Ce qui rend le contrôle de la netteté un peu moins facile en RAW. Mais il semble y avoir du mieux par rapport aux GX1 et GF1.
- la stabilisation capteur ne fonctionne pas en mode vidéo.
- toujours pas de réglage de la vitesse seuil minimale en mode auto iso.
- le flash ne se déclenche pas en mode obturateur électronique.
- le mode panoramique n’est pas utilisable en mode obturateur électronique.
- toujours pas de mode AFS-C disponible avec le nouveau 20mm F1.7 II panasonic.
- flou de bougé plus ou moins visible avec certains objectifs stabilisés OIS avec l’obturateur en mode mécanique dans la plage de vitesses 1/80e à 1/250e (solution, passer en obturateur électronique, ou passer en mode S pour forcer une vitesse de 1/60e ou moins ou 1/320e ou plus )

Objectifs conseillés (parmi ceux que je possède) :
- l’incontournable Panasonic 20mm F1.7, compact et de très bonne qualité optique,
- le fabuleux Olympus 45mm F1.8, très net et contrasté dès la pleine ouverture pour un prix raisonnable.
- zoom 35-100mm F4-5.6 : très compact pour un équivalent 70-200mm et très bonne qualité d’image, stabilisation remarquable en vidéo

Mes réglages :
- Mode RAW (dématricage avec Lightroom 5.2)
- Style photo : ’Naturel’ avec réduction bruit sur -5. Cela permet aussi d’avoir des couleurs moins flashy dans le viseur.
- Contraste du viseur sur -2 (menu Config / Ecran, mettre l’oeil au viseur pour régler le viseur).
- Fn2 : obturateur mécanique / électronique
- Fn3 : stabilisation
- ... à finir

Panasonic GX8

J’ai envisagé remplacer mon GX7 par son successeur le GX8, mais plusieurs points m’ont gêné :

  • Il semble que l’on puisse activer l’auto ISO en mode M,
    • mais qu’on ne puisse pas utiliser le correcteur d’exposition dans ce mode (comme sur un Nikon par ex.),
    • pas de possibilité de spécifier une vitesse minimale en mode auto ISO (comme sur un Nikon D610 par ex.) même si le mode i-iso du GX7 fonctionne plutôt bien,
  • Problème de shutter shock non réglé (flou de bougé avec certains objectifs stabilisés OIS, causé par l’obturateur mécanique aux vitesses entre 1/80e et 1/250e de sec environ)
  • Un peu plus gros que le GX7 bien que ça ne soit pas forcément un inconvénient (il faudrait que je le prenne en main pour me rendre compte).

Et puis mon GX7 est très complet et efficace.

Article mis à jour le 25 mai 2016

Brèves Toutes les brèves